Le bruit dans la classe

La question du volume sonore dans la classe se pose régulièrement lors de discussions entre collègues, et plus encore si l’on envisage de modifier ses pratiques pour aller vers un fonctionnement plus coopératif. Ainsi, différentes inquiétudes sont en général présentées à l’évocation du développement des libertés par exemple. Le bruit serait pour certain-e-s l’indicateur d’une classe qui travaille car naturellement, les échanges entre pairs voire les déplacements, entraîneraient un niveau sonore élevé. C’est l’image de la ruche qui bourdonne (et parfois davantage).

Ce problème du contrôle du niveau sonore me paraît parfois révélateur d’une impasse dans laquelle nous sommes tou-te-s tenté-e-s de nous engouffrer : celle du laisser-faire face à une classe qui chercherait avec constance la voie de l’auto-organisation. Il me semble au contraire que la capacité pour les élèves à faire usage de leur liberté dans un cadre accueillant pour tou-te-s dépend d’une structuration forte de la classe, notamment du point de vue disciplinaire. C’est aussi dans la pagaille que pourront se cacher les conflits voire les violences entre élèves, nous laissant alors souvent incapables de démêler les causes du désordre.
D’autre part, le bruit dans la classe participe souvent au développement d’une souffrance chez certains profs. La situation mérite donc qu’on ne se résigne pas à choisir entre calme et développement de pratiques émancipatrices pour les élèves. Continue reading

Création d’un groupe francilien « Actualité de la pédagogie Freinet au Second degré »

Lettre du groupe francilien qui vient de se créer suite aux rencontres coopératives qui se tenaient à la Bourse du Travail depuis 2015. Rejoignez-nous!
Mathieu


 

À l’issue des 4e rencontres franciliennes « Pédagogies coopératives au second degré », le 17 juin à la Bourse du Travail de Paris, il a été proposé la création d’un groupe de travail Second degré affilié à l’ICEM-Pédagogie Freinet afin de clarifier nos aspirations et inspirations pédagogiques.

Ce groupe ouvert à l’ensemble des collègues francilien-ne-s et non-francilien-ne-s, aux béotiens curieux comme aux collègues aguerris aux techniques Freinet, adhérents de l’ICEM ou non, vise à faire travailler ensemble des enseignant-e-s partageant les mêmes fondamentaux en matière de philosophie éducative : les élèves autorisés/auteurs et sources de savoirs à partager, l’expression libre, la porosité vie/école, le fonctionnement coopératif, l’émancipation culturelle/sociale/politique par le travail et les apprentissages dans le cadre de l’Education nationale…
Continue reading

Le Maître insurgé: écrits militants de Célestin Freinet

le_maitre_insurgeHuitième tome de l’excellente série lancée par Libertalia et N’autre École / Q2C, Le Maître insurgé met en avant les écrits de Célestin Freinet. Issus de L’École Émancipée, de l’Éducateur Prolétarien (ancien Nouvel Éducateur) et de la revue Clarté (H. Barbusse), ces textes se situent dans la période de l’entre-deux guerres (1920-1939), des premières années de Freinet à son internement en 1940, en passant par ses démêlés avec l’extrême droite de Charles Maurras.

On y découvre un Freinet habituellement peu mis en avant: le militant révolutionnaire. S’il faudrait avoir une lecture très sélective pour ne pas connaître l’investissement politique du pédagogue, la priorité donnée à la pratique de classe dans ses propres écrits et dans les récits relatifs à son héritage a quelque peu invisibilisé une partie de ses engagements. En effet, Freinet fait ses débuts à la CGTU et en particulier à la Fédération Unitaire de l’Enseignement (FUE) dans laquelle se développent les pratiques pédagogiques que Freinet récupère, expérimente et développe (il y est évidemment une grande force de proposition mais on a tendance à négliger l’aspect collectif du développement de cette pédagogie). Continue reading

Syndicalisme révolutionnaire et éducation émancipatrice

Syndicalisme Révolutionnaire CouvDos-500x500Cet excellent livre de Gaëtan Le Porho est sous-titré: L’investissement pédagogique de la Fédération Unitaire de l’Enseignement (FUE). Issu d’un travail de mémoire, ce livre nous renvoie aux années d’après-guerre (14-18) et nous plonge dans les dernières grandes années du syndicalisme révolutionnaire français.

Qui sait que de sa création à la première guerre, la CGT était révolutionnaire? Qu’elle déniait aux partis le monopole de l’action visant au changement de société? En réalité, le modèle de syndicalisme développé à partir de la fin du XIXe siècle en France reste encore vivace et constitue ce que l’on appelle plus pudiquement aujourd’hui le syndicalisme de lutte. La grève, l’action directe, l’occupation, le sabotage etc. sont autant de pratiques issues de cette époque où le syndicat refusait d’être le vassal du parti ou un outil de négociation entérinant les conquêtes patronales.
De cet esprit de l’époque nous reste encore la devise de la vieille AIT: « L’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».
Mais que cela voulait-il dire dans l’éducation? Continue reading

Comment j’ai lancé les 6e sur le texte libre

Plume-NB1Comme je l’avais évoqué dans mon article sur la présentation de la classe coopérative, les 6e ont une heure de texte libre par semaine. C’est un peu plus compliqué que prévu car lors de la première quinzaine c’est moi qui les prends en charge et à la seconde, c’est la collègue de français. On verra rapidement comment tout ça peut s’articuler… Continue reading

Présentation de la classe coopérative 6e (rentrée 2016)

coopérationLe bilan d’une année de Conseils pour point de départ

Suite à l’expérience menée pendant un an avec une classe de 5e autour du projet de réflexion « accueil de la parole des élèves », nous sommes deux cette année à avoir lancé l’idée d’une classe coopérative réinvestissant notamment les tentatives de mise en place d’un conseil d’élèves. N’ayant pas tenu le rythme, je n’ai malheureusement pas pu écrire sur cette année avec les 5e.

Cette première approche avec une classe ordinaire a néanmoins permis de mettre en lumière quelques écueils qui nous ont orientés pour cette nouvelle rentrée avec la classe de 6e: Continue reading

Réforme du Collège: déchéance de professoralité pour les profs-doc

Ghostbusters_004PyxurzOn entend beaucoup de choses à propos de la réforme du Collège ces temps-ci. Certains crient à l’apocalypse, la fin du sacro-saint fractionnement disciplinaire et de l’exigence sur les contenus quand d’autres saluent une avancée significative vers la généralisation de méthodes de travail moins frontales et désincarnées dans la classe. Mais s’il y a une chose dont on n’entend pas du tout parler, c’est bien de la situation des professeurs documentalistes. Et pour preuve, ils sont totalement absents dans les textes de cette réforme.
Mais voyons avant tout dans quel contexte nous nous trouvons. Continue reading

Conseil d’élèves en classe de 5e: premiers pas

Conseil-01-2Deuxième article d’une série concernant l’expérience d’une classe labo de 5e sur « l’accueil de la parole de l’élève ».

Premier conseil, premières inquiétudes

La seconde réunion des professeurs en début d’année a été celle de la véritable confrontation des adultes au projet mis en place. Les élèves ayant déjà eu un conseil, des propositions ont été faites, et de nombreuses discussions ont révélé un certain malaise chez quelques collègues. Continue reading

Conseil d’élèves en classe de 5e: Introduction

Conseil-01-2Depuis la rentrée, mon collège expérimente la mise en place de projets pour trois classes (de la 5e à la 3e). Faisant partie des axes du réseau (REP+), « l’accueil de la parole de l’élève » oriente le projet de la classe de 5e.

Point de départ et cadre

Fruit d’échanges issus du temps libéré dans le cadre du REP+, ce projet s’est rapidement orienté vers la constitution d’un conseil d’élèves. Étant pratiqué depuis deux ans à l’atelier relais, le conseil a été relativement bien accueilli bien que restant assez mystérieux pour de nombreux collègues. Continue reading

Médias: Comment monter une campagne raciste en trois clics

monty-python-and-the-holy-grail-1975-630-75Être journaliste ne doit pas être facile de nos jours. Il faut suivre la tendance, la course au buzz. Il faut relayer ce que le voisin a publié tout en essayant de mimer l’objectivité. Et avec le pouvoir viral d’Internet, ça donne parfois de drôles de choses. On peut le constater à la vue de cette histoire d’agression d’une femme en maillot de bain à Reims.

Quand on travaille à l’Éducation aux médias avec les enfants, nous sommes quotidiennement amenés à les aider à croiser les informations, à renforcer leur esprit critique, à sélectionner les sources d’information. Mais il arrive parfois que ce tri relève du parcours du combatant quand même la presse dite « sérieuse » relaie les discours les plus délirants sans même prendre le temps de vérifier les choses, ou de penser à l’impact produit. La distance qui les sépare des idioties que l’on trouve par moments sur les réseaux sociaux tend à momentanément s’amenuiser dans ce genre de situation. Pas facile pour un élève de collège d’y voir clair, plus encore pour un enseignant d’expliquer ce qu’il se passe. Continue reading