Conseil d’élèves en classe de 5e: premiers pas

Conseil-01-2Deuxième article d’une série concernant l’expérience d’une classe labo de 5e sur « l’accueil de la parole de l’élève ».

Premier conseil, premières inquiétudes

La seconde réunion des professeurs en début d’année a été celle de la véritable confrontation des adultes au projet mis en place. Les élèves ayant déjà eu un conseil, des propositions ont été faites, et de nombreuses discussions ont révélé un certain malaise chez quelques collègues.

Accueillir la parole de l’élève, tout le monde y est favorable, mais ça fait un peu peur tout de même. Il faut dire qu’on n’est pas trop habitués aux grands changements au Collège… La mise en place du conseil a donc été source d’inquiétude pour quelques-uns se sentant dépassés et pressés par cette institution dont la forme est perçue comme étant assez normalisée.

Quelques mécanismes de défense ont donc été rapidement déployés: plan de classe imposé et analyses du comportement des élèves décontextualisée des situations de travail à l’image de ce que nous faisons en conseil de classe. J’entends par là: annoncer  que la classe ou tel ou tel élève est bavard, que les prises de paroles ou l’autonomie ne sont pas satisfaisantes, mais sans les considérer comme des attitudes induites par le cadre que nous proposons.

Cette question resurgira lors de la réunion suivante lorsque les analyses des comportements ont commencé à diverger. Certains déclaraient constater de bonnes dynamiques ou une certaine rigueur, quand d’autres proposaient un vision opposée. Ça fait « tilt » chez quelques profs, mais on entre là dans un domaine qui reste un peu tabou: la gestion de classe en lien avec la pédagogie. On évoque le travail de groupe, une collègue lance l’expression « classe inversée ». Ça devrait revenir sur le tapis un jour ou l’autre. Quoi qu’il en soit, ça a été posé comme point pour de prochaines réunions.

Prise de température chez les élèves

De leur côté, les élèves ont semblé rapidement enthousiastes, bien que leur inexpérience (et la notre) amènent quelques difficultés dans la mise en place du travail en groupe et dans la circulation de la parole.

Premier conseil – Parmi les points positifs de leur point de vue on trouve:

  • Avoir une salle pour la classe permet de l’aménager pour qu’on s’y sente bien
    • on pourrait la décorer avec des travaux et des rappels de cours (si si on est en REP+ 😉 )
    • la montrer aux autres
    • réaliser des travaux de groupes
  • On peut rester aux interclasses pour éviter les autres élèves et le bruit.

La proposition relative à l’affichage des travaux me semble être la seule véritable porte permettant de connecter le conseil aux disciplines pour l’instant, mais si chez les profs quelques-uns ont pu trouver des idées de choses à accrocher pendant l’année, la symbolique ne semble pas forcément reconnue.

Afficher les travaux d’élèves serait pourtant un premier pas vers l’ouverture de la classe sur l’extérieur. Un travail exposé au lieu de finir dans un tiroir ne peut que provoquer des effets positifs sur le sens donné par l’élève à ce qu’on lui demande de faire. Il se peut même qu’il se montre davantage motivé et valorisé par ce simple changement de destination de sa « copie ».

Et rêvons un peu: si on travaillait pour partager et communiquer le fruit de nos recherches en classe?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.